BPM : Accélérez vos projets avec le SaaS

Blog, Le marché du BPM

Les projets de transformation numérique ont considérablement favorisé le renouveau du BPM (Business Process Management) ces dernières années. Longtemps considéré comme une méthodologie vieillissante et peu innovante par de nombreux DSI, le BPM n’avait pas su convaincre. Mais de nouvelles solutions ont vu le jour – dont nous =) – plus simple à utiliser et plus rapide à mettre en place.

Le mode SaaS a d’ailleurs largement contribué à cette renaissance.

Les opérationnels au cœur des projets

Bien avant que les DSI redécouvrent les différentes solutions du marché, ce sont les opérationnels qui ont amorcé la démarche. À la recherche d’outils puissants pour simplifier leur suivi et améliorer la gestion de leurs missions, les responsables d’équipes lassés de leurs ERPs peu évolutifs et autres logiciels génériques souhaitaient avoir la main sur leur système d’information.

C’est là que le BPM s’est présenté comme la solution pour répondre à ce besoin. Les BPMS – Suite logicielle BPM – permettent de créer des processus sur mesure, de les numériser et surtout de s’émanciper des problématiques de connectivité avec le SI. Comment ? En proposant une interface unique qui permet de récupérer uniquement les données nécessaires au moment où le collaborateur en a besoin.

Comment accélérer la mise en œuvre d’un projet BPM ?

La réponse tient en deux critères : travailler en mode SaaS avec une solution user-friendly !
Ce qui est loin d’avoir été le cas durant les années précédentes. Beaucoup de nos clients cherchent des solutions depuis plusieurs mois (voir des années pour certains…) sans jamais vraiment réussir à finaliser le projet. Problématique de coûts, back-office trop technique, interfaces trop complexes, tous ces facteurs ralentissent la mise en place du projet.

Quand on sait que la réticence au changement fait partie des premiers points bloquants des projets informatiques, il est important de tenir compte de l’expérience utilisateur.

“Il est plus facile de prendre en main une tente “Quechua 2 secondes”, plutôt que la classique tente canadienne où l’on finit en général avec la toile sur la tête.”

L’avantage du mode SaaS, c’est la rapidité de mise à disposition de l’application. La majorité des éditeurs proposent par exemple, des espaces “bac à sable” pour que les utilisateurs puissent tester la solution avant d’envisager un quelconque achat. C’est ce que nous faisons chez Iterop. Pendant 30 jours, vous bénéficiez de notre application BPM sans limitations avec trois utilisateurs de votre choix. Nous vous accompagnons sur la prise en main puis, nous vous laissons expérimenter et découvrir la redoutable simplicité de notre outil.

Définition
Le SaaS pour Software as a Service, est un mode de distribution. À l’inverse d’une installation logicielle sur site (on-premise), le SaaS offre plus de souplesse aux entreprises à travers notamment une tarification par abonnement et non plus à la licence. Cela facilite également la maintenance car elle s’effectue à distance et est totalement transparente pour les utilisateurs.

Gagner en gouvernance

Améliorer la collaboration et l’harmonisation des services. Voilà l’ambition de nombreuses équipes dirigeantes, informatiques ou opérationnelles. Chacun est conscient que la clé réside dans une réelle gouvernance, si possible dirigée par les hautes instances de l’entreprise. Plus le leader est haut placé, plus les impacts auprès des collaborateurs sont importants.

Malheureusement, la majorité des entreprises travaillent aujourd’hui en silo. C’est le modèle conventionnel adopté par tous les grands voire les petits. Adopté ou subit d’ailleurs, car il ne s’agit pas toujours d’une décision hiérarchique. Parfois les modes d’organisation sont tels que même en faisant certains efforts, il est difficile de faire tomber les murs qui séparent les services – même si certains pensent encore qu’un open space est LA solution.

Alors comment créer du lien dans des entreprises cloisonnées ? En partie en intégrant des notions de transparence, d’efficience et d’amélioration continue. Trois principes fondamentalement ancrés dans la démarche BPM. Vous voyez où je veux en venir ?

Bien sûr, le format papier, utilisé à l’époque dans les projets BPM, n’est plus adapté en 2018. C’est pourquoi les BPMS ont fait leur apparition tout comme la norme BPMN 2.0. Désormais, les processus papiers sont interprétables par un ordinateur et avec un moteur de workflows efficace, il est possible de créer des automatismes, des alertes et de mettre en place une vraie gouvernance.

Alors qu’attendez-vous pour essayer ?

Articles qui pourraient vous intéresser :

La gestion des notes de frais

La gestion des notes de frais Un processus incontournable qui simplifie le quotidien de vos collaborateurs. Ce processus a été déployé pour nos équipes et est actuellement en production chez Iterop. Problématique Avant, les collaborateurs oubliaient bien souvent de...

lire plus

Organiser une soirée raclette

Concrètement ça fonctionne comment un processus avec Iterop ? Cette question on nous la pose assez souvent. Voici alors l'explication ultime de la gestion de processus expliquée avec du fromage fondu. La grande problématique lorsque l’on organise une soirée raclette,...

lire plus

Gestion d’une junior-entreprise

Une junior-entreprise totalement digitalisée Pro'Pulse est implantée au sein de l'école nationale des Mines Albi Carmaux Le problème La Junior Entreprise avait des difficultés à centraliser les documents et les différents intermédiaires de chaque mission. Les membres...

lire plus