Fraude au président

Fraude au président, une menace pour les entreprises

Actualités

Accueil » Blog » Actualités » Fraude au président, une menace pour les entreprises
Les entreprises investissent de plus en plus dans leur transformation digitale et dans des services liés au traitement des données, cependant elles n’intègrent pas toujours toutes les mesures de sécurité possibles.
La plupart des entreprises attendent d’être confrontées à une attaque pour revoir leurs processus de sécurité, or la perte économique engendrée par une fraude peut gravement nuire à la rentabilité d’une société et même la pousser vers la faillite.

InteropSys et ISSA France organisent un serious-game autour de la fraude au président
Dans le cadre du 22ème salon Documation qui se tiendra à Paris en avril prochain, nous organisons un jeu en partenariat avec ISSA France. L’objectif est de sensibiliser les dirigeants aux risques liés au manque de procédure dans leurs entreprises et de souligner la facilité qu’ont les fraudeurs à leur soutirer de l’argent.

La fraude au président et les faux ordres de virement, des menaces grandissantes

En 2015, une étude de la DFCG (l’Association Nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion) nous apprend que 77% des entreprises ont été victimes d’au moins une tentative de fraude. Nous retrouvons dans le « top 3 » des arnaques :

  • la fraude au président qui représente 60% des fraudes recensées
  • les faux ordres de virements
  • la modification des coordonnées fournisseur

Qu’est-ce que la fraude au président ?

La fraude au président est une des techniques les plus utilisées par les fraudeurs de part sa simplicité, du montant élevé des gains et du faible risque que représente cette attaque.

Pour réaliser son escroquerie, le fraudeur va accumuler dans un premier temps des informations sur l’entreprise : organigramme, renseignements sur les personnes en charge de la comptabilité ou sur le PDG via LinkedIn et Facebook, données bancaires, chiffres d’affaires… Il étudie ensuite le fonctionnement de l’entreprise durant des semaines voire des mois avant de prendre contact avec le service en charge des virements.

Son objectif est de se faire passer pour le PDG et de mettre l’interlocuteur dans la confidence. Le salarié se sent important et pense bien faire lorsque le PDG, qui est en réalité le fraudeur, lui demande de virer de l’argent sur un compte en banque.

L’année dernière, plus de 400 millions d’euros ont été détournés par des escrocs se faisant passer pour le PDG d’une entreprise.
Pour lutter contre ces attaques, le meilleur dispositif reste le renforcement des procédures internes et la mise en place de formations afin de sensibiliser les salariés aux techniques utilisées par les fraudeurs.

Mettez-vous dans la peau d’un escroc à travers notre serious-game

Afin de sensibiliser les dirigeants et les salariés aux menaces des faux ordres de virements bancaires (Fovi), nous organisons un serious-game basé sur la fraude au président. Le visiteur pourra se mettre dans la peau d’un escroc et tenter de dérober 1 million d’euros à une entreprise.

Vous aurez à votre disposition plusieurs informations trouvées facilement sur internet. Après avoir étudié l’entreprise ciblée il vous faudra passer à l’attaque et contacter le service comptable afin de tenter de détourner une somme d’argent.

À vous d’identifier les informations qui vous permettront d’être convaincant. À travers ce serious-game, le joueur pourra se rendre compte de la fragilité des entreprises.
Les processus de sécurité mis en place par l’entreprise ciblée sauront-ils vous résister ?

Ce jeu a été créé pour le salon Documation : Management de l’information stratégique, des 6 et 7 avril 2016, PARIS – Porte de Versailles.

Articles qui pourraient vous intéresser :