Système d’information : 4 grandes priorités en 2019

Blog, Zoom sur ...

En 2018, les projets de mutations digitales se sont multipliés dans les entreprises. Qu’il s’agisse de cybersécurité, d’évolution des outils, d’automatisation ou encore de RGPD, les DSI ont été proactifs ! Et c’est plutôt une bonne nouvelle car comme vous le savez, une organisation qui ne fait pas évoluer son système d’information court tout droit à la catastrophe (L’exemple de Toys’r’us).

Culture du numérique, intelligence artificielle, plateforme SaaS ou modernisation des processus, voilà les grands enjeux de cette année 2019.

1/ La culture du numérique

Passons les grands paragraphes sur la nécessité de faire passer votre entreprise à l’ère du digital car si vous n’êtes pas déjà engagé dans cette démarche, il va falloir sérieusement vous pencher sur le sujet et rattraper le retard..

En instaurant une véritable culture du numérique, la direction s’assure que les futurs changements seront mieux acceptés. Pour faire court, si les collaborateurs ont pris l’habitude d’avoir recours à des solutions plutôt digitales dans leurs activités, ils ne seront pas choqués le jour où l’ensemble du cycle de facturation se fera via une interface web et non papier.

“Au niveau mondial, les entreprises qui croissent le plus vite, investissent le plus dans leur système d’information.” – Gartner 2018”

Plus la direction va “répandre” le digital, plus les évolutions seront faciles à intégrer. Pourtant, quelques DSI réfractaires s’appuient encore sur les méthodes traditionnelles et n’ont pas encore pris en compte les attentes des opérationnels.

Outre la direction et le service IT, c’est l’ensemble des équipes qui ont besoin de connaître les changements stratégiques à venir. Aujourd’hui, 8 français sur 10 sont des internautes avertis. Il est donc impensable que dans leur cadre de travail, les salariés ne puissent pas jouir des mêmes évolutions technologiques dont ils ont l’usage quotidien.

Mais attention tout de même à bien encadrer les “révolutions” digitales. C’est bien le rôle de la DSI d’accompagner les équipes dans les différents changements et de sensibiliser notamment sur les risques “numériques”.

2/ Passer des licences classiques au mode SaaS

L’un des grands changements opérés ces dernières années est lié au mode de distribution des logiciels eux-mêmes. Avant, les services IT devaient choisir, installer et mettre à jour l’ensemble des outils informatiques de l’entreprise. Aujourd’hui, l’installation et les mises à jour sont entièrement gérées à distance par les fournisseurs grâce au SaaS (Software as a Service).

En 2020, Syntec Numérique estime que 50% des éditeurs auront une offre SaaS.

Un gain de temps pour les équipes IT qui peuvent se concentrer sur le recueil des besoins et réaliser un benchmark plus approfondi plus cohérent avec les demandes métiers.

3/ L’intelligence artificielle

Longtemps associée aux robots tueurs #OdyseeDeLespace, l’intelligence artificielle se fait de plus en plus présente dans les sociétés et notamment dans l’industrie. Non pas pour détruire le monde, mais plutôt pour soulager les opérateurs et permettre aux ouvriers qualifiés de préserver leur savoir-faire.

Dans le domaine industriel, l’intelligence artificielle se traduit par la modernisation des postes de travail avec l’arrivée de robots. On note également les algorithmes d’analyse de données dans le secteur médical ou encore dans le secteur bancaire.

Même si bien entendu, le risque de suppression d’emploi plâne au dessus de cette technologie, l’intelligence artificielle est encore à l’état de prototype en ce qui concerne les déploiements opérationnels purs.

4/ Protection des données (RGPD) et cybersécurité

Après plusieurs tentatives pour régir les données personnelles, les institutions européennes ont décidé de s’accorder autour d’un mandat afin de faire respecter la loi. En mai 2018, l’ensemble des entreprises ont dû revoir leur copie quant à leurs usages des données personnelles. Petit rappel : Notre engagement RGPD chez Iterop.

Le 22 janvier dernier, la CNIL a d’ailleurs épinglé son plus gros fraudeur : Google. Une amende record de 50 millions d’euros pour défaut d’information de ses utilisateurs concernant l’exploitation de leurs données personnelles.

Pour toutes les organisations, la mise en place du RGPD a entraîné des changements structurels importants mais qui ont fait naître des projets de numérisation. En effet, plusieurs entités ont refondu une partie de leur processus afin de coller à la réglementation. Cette étape a poussé les équipes à repenser leur fonctionnement et se poser les bonnes questions sur leurs procédures quotidiennes.

La cybersécurité : toujours à l’ordre du jour

Tant qu’il y aura des hackers, l’enjeu de la cybersécurité sera bien réel. Les risque pour les entreprises peuvent être considérables surtout si elles n’ont aucun garde-fou.

L’organisation de “meeting” autour des risques numériques peut permettre aux équipes d’avoir les bons réflexes et ainsi éviter, par exemple, de laisser les traîner les mots de passe sur des Post-it ou communiquer des données sensibles à des usurpateurs.

2019 : l’année de la maturité

En 2019, les DSI et autres services IT vont devoir innover et surtout affiner leurs qualités de communiquant. En effet, chacun a pu se faire sa propre idée sur les priorités de son organisation, reste maintenant à convertir vos collaborateurs aux bonnes pratiques tout en prenant en compte leurs besoins.

Etude DSI 2019 priorités

Le cabinet McKinsey a récemment publié cette étude qui structure en cinq phases le passage d’une DSI « traditionnelle » à une DSI totalement numérique.

À vous de voir aujourd’hui, à quel niveau de maturité votre entreprise se situe.

Articles qui pourraient vous intéresser :

Suivi des projets et reporting des actions

Simplifier le reporting et harmoniser le suivi Un cas classique bien connu des équipes et qui résume bien l'efficacité d'Iterop. Bénéfices Reporting entièrement automatisé Meilleur suivi des projets Time-to-signe réduit Tableaux de bords partagés Démarche Zéro papier...

lire plus