Un logiciel qui aide à rationaliser vos processus ? Fuyez !

Blog, Le marché du BPM

Ce matin chez Iterop, notre équipe comm’ faisait sa veille quotidienne quand ils sont tombés sur cet article « Un software qui aide à rationaliser vos processus? Fuyez! » publié sur Frenchweb.

Au vu des nombreux aspects négatifs des logiciels de gestion de processus évoqués par l’auteur, on a émis certains doutes sur le fait que ce dernier parlait bien du BPM. En effet, une majorité des gens ont souvent tendance à confondre ERP et BPM, et malheureusement, on dirait bien que dans cet article c’est encore le cas.

Nous avons donc décidé de répondre aux différents reproches faits aux processus dans cet article.

« Étant nous-mêmes éditeur d’une solution de gestion de processus, nous sommes d’un côté, en accord avec cette vision parfois « rigide » que peuvent avoir les processus. Néanmoins, d’un autre côté, nous sommes surpris quant à la méthode « one best way » évoquée ici. Le principe du BPM est bel et bien de modéliser son propre fonctionnement mais surtout de l’améliorer en continu et non de rester sur des procédures figées.

De plus en plus d’éditeurs intègrent des cycles d’amélioration dans leur logiciel. Chez nous, par exemple, nous travaillons longuement sur cette phase avec les clients. Nous avons implémenté une fonctionnalité qui permet de modifier un processus et de le redéployer quasi-immédiatement.

Les solutions de type ERP ont effectivement participé à cette image négative des progiciels. Mais l’idée du BPM est de rationaliser non pas les processus seuls mais bien l’ensemble du SI, des équipes et des documents.

« Le modèle Saas qui est aujourd’hui la norme ne se prête que modérément aux customisations excessives. ». Pour rappel, le Saas n’est qu’un mode de distribution. Peu importe le logiciel, on peut très bien faire mal en mode Saas qu’avec un modèle on premise classique.

Pour nous en tout cas, le mode SaaS permet une plus grande agilité du côté client. Plus besoin de passer par le service informatique pour modifier un processus. Les utilisateurs finaux bénéficient plus rapidement des dernières versions du logiciel. La relation entre éditeur et opérationnel devient plus interactive, ce qui nous permet, à nous éditeur, de répondre au mieux aux attentes des utilisateurs.

Sur le marché des éditeurs BPM, beaucoup d’innovations ont permis de justement lutter contre cette méthode « One best way ».

De plus, la rationalisation des processus doit avant tout libérer les utilisateurs finaux des tâches à faible valeur ajoutée. AInsi, on laisse plus de place à la réflexion et à l’innovation. »

Alors si l’auteur souhaite échanger sur les différences entre ERP et BPM, nous serions ravis de pouvoir réunir nos opinions, car nous sommes tous d’accord pour dire que les ERP ont souvent tendance à alourdir le système.

Articles qui pourraient vous intéresser :

La gestion des notes de frais

La gestion des notes de frais Un processus incontournable qui simplifie le quotidien de vos collaborateurs. Ce processus a été déployé pour nos équipes et est actuellement en production chez Iterop. Problématique Avant, les collaborateurs oubliaient bien souvent de...

lire plus

Organiser une soirée raclette

Concrètement ça fonctionne comment un processus avec Iterop ? Cette question on nous la pose assez souvent. Voici alors l'explication ultime de la gestion de processus expliquée avec du fromage fondu. La grande problématique lorsque l’on organise une soirée raclette,...

lire plus